La ville est un espace construit et ferme, mais aussi un lieu de vie: d’habitation, de loisirs, de travail et de passage. La photographie de l’espace urbain se heurte à la difficulté de saisir et de montrer tout: en même temps le territoire transformé et les personnes qui donnent du sens à la ville autant que la ville leur impose le sien.

Camilo Agudelo, photographe professionnel d’origine colombienne et vivant à Genève depuis 2009, s’intéresse à ces espaces à la fois urbains et humains, que ce soient des lieux de vie ou des monuments servant de démonstration architecturale. Dans ses séries de photos dédiés à certains quartiers ou villes, il montre le corps de la ville dans sa géométrie volumineuse et ses contrastes chromatiques. Et çà et là des humains qui y passent ou y vivent.

C’est le regard humain, à travers l’appareil photo, qui façonne et prend possession de l’espace urbain dans ses séries de lignes, ses grilles de surfaces et ses cubes construits ou laissés vides: un regard qui ne cesse de cadrer et recadrer le champ de vision pour comprimer, dans les séries d’images, les échelles allant du monumental au personnel.